MCB by Beauté Sélection
 
 

L'actu confidential


< Retour à toute l'actualité Confidential


JE CRÉE MON SALON, EN AVANT TOUTE !

Cela bouillonnait dans votre cerveau depuis quelque temps. C'est décidé, vous voulez ouvrir votre salon de coiffure. Le BP en poche, quelques années d'expérience, vous tentez cette nouvelle aventure : devenir votre propre chef d'entreprise ! Confidential vous propose une check-list et des conseils pour commencer du bon pied !

 
1. Connaître vos points forts et vos points d'amélioration

Dressez votre bilan personnel, une liste en toute objectivité de vos qualités, de points à améliorer ou d’aptitudes à développer – éventuellement par des formations – aux niveaux artistique, organisation, gestion, management, informatique, marketing, relation clients. Posez-vous toutes les questions : Êtes-vous fait pour travailler en équipe ? Former un apprenti ? Travailler en solo ?...

2. Déterminer votre concept

Actuellement, 80 % des salons de coiffure « se bagarrent » sur le même segment de marché dit moyen de gamme. Le gâteau, une fois partagé, réserve de toutes petites parts à chacun. Réfléchissez à un concept différenciant : prix accessibles, services rapides, haut de gamme, spécialisation dans la coloration, par exemple, ou misant sur la vente avec des argumentaires et un marketing adaptés. Imaginez un agencement, une décoration conviviale, dans l'air du temps. Il est grand temps que le salon de coiffure évolue : un véritable accueil, un parcours clients, des tables conviviales sans miroir lorsque la cliente fait pauser sa coloration (accès wifi...), des bacs hyper confort, des matériaux chaleureux.
Bon à savoir : la cliente espace ses visites. Si aujourd'hui, 38 % des femmes viennent deux fois par an dans un salon, Stéphane Amaru, formateur dirigeant de Art & Business Institution, estime que d'ici peu, cela atteindra 50 %.
 
3. Choisir le meilleur statut juridique

Entreprise individuelle ou société ? Actuellement, il existe différents statuts : micro-entrepreneur – à privilégier pour la coiffure à domicile –, l'EIRL, l'EURL, la SARL, la SA, la SAS ou la SASU avec des niveaux de protection sociale plus ou moins importants.
Quelques points à prendre en compte : vous êtes seul dirigeant ou avez un associé ? Avez-vous un patrimoine personnel (pour le préserver) ? Quelle protection sociale souhaitez-vous ? Commerçants et artisans bénéficient d'une protection sociale assez proche et cotisent aux mêmes organismes. Selon la forme juridique retenue, vous pouvez être salarié ou travailleur non salarié (TNS). Optez pour le statut qui vous va. C'est essentiel dans la mesure où la qualité de la protection sociale et le montant des cotisations sociales du dirigeant varient beaucoup selon les statuts.
 
4. Reprendre ou créer son salon

Aujourd'hui, 20 % des chefs d'entreprise vont passer la main dans les toutes prochaines années. En Île-de-France, près d'une entreprise sur trois employant au moins un salarié est dirigée par un patron de 55 ans ou plus. Nombre de salons ne trouvent pas de repreneurs. Aujourd'hui, le taux de reprise tourne autour de 18 %. La reprise ? Un avantage, si vous êtes un ancien salarié pour un choix de stabilité et de connaissance de l'entreprise.
Bon à savoir : cela se révèle plus coûteux, puisqu'il vous faudra reprendre le fonds de commerce (droit au bail, clientèle, stock...). S'il y a des salariés, effectuez un audit de l'équipe en regardant à la loupe tous les contrats de travail que vous devez reprendre de plein droit. Quant à la clientèle, on la sait aujourd'hui volatile, le prix d'un fichier est à étudier de près.
 
5. Trouver l'emplacement, effectuer une étude de marché

Région, département, commune, quartier, zone rurale – voire quartier prioritaire, tout est possible.  Important : mettez en phase votre concept avec la zone de chalandise. Une étude de marché s'impose pour connaître la concurrence, la clientèle potentielle, la facilité d'accès, de parking, s'il s'agit d'une rue passante (le loyer grimpe) ou plus à l'écart ou en étage (avec communication obligatoire)... Si le local vous convient, pensez à son agencement, son optimisation, le coût des travaux. Au préalable, veillez à ce que le loyer soit au juste prix.
 
6. Bien s'entourer 

Faites-vous accompagner dans tous les domaines – notamment pour les différentes démarches – et par des spécialistes : banquiers, courtiers, architectes, agenceurs...  Indispensable : un comptable qui connaît les spécificités de la coiffure. Important : votre famille doit être à vos côtés et vous soutenir.
 
7. Financer son entreprise

Point de départ : quel est votre investissement personnel ? A minima, vous devez pouvoir financer le prix du local (droit au bail...), l'agencement, les assurances, le stock, le matériel, le capital social de l'entreprise, les frais d'enregistrement... 30 % est un bon début pour pouvoir compléter par un prêt et être suivi par une banque. Consultez-en plusieurs. Bon à savoir : les aides publiques pour la créateurs sont pléthoriques, varient selon les régions. Ne passez pas à côté !
 
8. Établir un business plan 

Il est à penser en amont et à finaliser en fonction des choix et des coûts réels (loyers, travaux...). Pour présenter votre projet de création ou de reprise d'entreprise, le business plan est le document-phare à communiquer à vos partenaires financiers potentiels (associés, banquiers, investisseurs...). À partir de ces éléments chiffrés, ils seront à même d'évaluer l'opportunité de vous apporter un financement.
Le business plan que vous allez rédiger illustrera le pourquoi de votre projet et le comment procéder afin d'atteindre vos objectifs. Il doit être complet et simple à décrypter : intégrer sur trois ans un compte de résultat prévisionnel, un plan de financement, un bilan prévisionnel ainsi qu'un plan de trésorerie. Il existe des logiciels pour réaliser un business plan, y compris pour les TPE.
 
9. Bien calculer son seuil de rentabilité, construire ses prestations et ses tarifs

Votre concept doit être bien pensé : votre clientèle potentielle connue, vos prix font l'objet d'un calcul sérieux qui prend en compte vos charges fixes, les coûts des rémunérations annuelles (en y incluant votre propre rémunération), le montant des achats produits, les charges variables et... votre marge.
 
10. Préparer votre plan de communication 

Avant l'ouverture avec des infos teasing comme « ouverture dans 10, 9, 8, 7... jours ». Le jour J, en ayant au préalable invité les commerçants de la rue/du quartier, puis, pour le lancement de l'activité auprès de la clientèle avec une offre de bienvenue pendant un mois (surtout ne casser pas les prix).
 
 
Quelques chiffres sur la création d'entreprise et la coiffure

  Créer son entreprise est un rêve pour beaucoup, et particulièrement auprès des jeunes générations : aujourd'hui, 24 % des créateurs ont moins de 30 ans et 8 % moins de 25 ans.

  Les créations d'entreprise sont au plus haut niveau depuis 2010, soit 591 00 tous secteurs confondus. À noter : + 9 % d'immatriculations en micro-entreprises, + 6 % en entreprises individuelles et + 5 % en sociétés. Source : Insee 2017.

  Selon le rapport de branche Coiffure (données 2016)

on compte 85 700 établissements de coiffure, soit 3 % de plus qu'en 2015. 24 % sont des coiffeurs à domicile près de six établissements sur dix ont au moins 5 ans d'existence. L'âge moyen des entreprises est de 10,5 ans ;

54 % des salons n'ont aucun salarié. Parmi les établissements employeurs, près de 60 % emploient 1 à 2 salariés ;la rentabilité de l'entreprise est source d'inquiétude (forte à moyenne) pour 72 % des chefs d'entreprise.

Quelques conseils de la rédaction

Les obligations légales et les normes sont nombreuses : santé, sécurité, hygiène... Ne lésinez pas et faites-vous conseiller.
 
Misez sur l'informatique et le numérique : le temps du planning papier-crayon est révolu ! L'avenir, ce sont les outils intelligents (caisse sécurisée, analyse des résultats, fiches clients pour réaliser des actions de communication, SMS de rappels de rendez-vous...), les réseaux sociaux tels que Facebook, Google My Business... pour la proximité, la possibilité de prendre rendez-vous en ligne (incontournable), et un site qui permet du e-commerce notamment avec des offres de bons cadeaux... Le futur de la profession se transforme à vitesse grand V !
 
Intégrez dans votre plan de financement tous les investissements nécessaires et ceux qui vous différencieront : mobilier et bacs high tech, changement de vitrine, création d'un nom avec un logo dynamique, de codes couleur, mais aussi, matériels connectés, système d'éclairage intelligent, purificateur d'air...
 
Pensez vos horaires d'ouverture en fonction de la clientèle : tôt le matin ou tard le soir pour capter une clientèle en demande, pourquoi pas le dimanche matin (si vous travaillez seul) ?
 
Contacts utiles
. Pour retrouvez toutes les aides publiques : site www.aides-entreprises.fr
. Organisations patronales : CNEC : www.cnec.asso.fr ou UNEC : www.unec.fr dont le service économique préconise également le site www.mon-projet-coiffure.fr ou pour bien choisir son statut fiscal et social, le site de l'Agence France Entrepreneur www.afecreation.fr (rubrique créateur d'entreprise)
. Chambre de Métiers www.artisanat.fr
. Sécurité sociale des indépendants (ex-RSI) : www.secu-independants.fr
. Centre de gestion agréé de la coiffure (Cegeco) : www.cegeco-agc.fr. Aide à assurer la validité économique du projet
. La Siagi : www.siagi.com. Société de caution mutuelle

 Alexie Roussin
    Facebook   Twitter   Pinterest    


    Retour à l'actualité
    Confidential c'est quoi ?
     

    • Estetica
    • Biblond
    • Echos coiffure
    • ABB
    • Beauty & Fashion world
    • Profession Bien Etre
    • Estetica
    • Esthetiques-spa
    • L'éclaireur
    • Coiffure.com
    • Coiffure.com
    • Tri-bute
    • Export Magazine
    • Salon international
    • Code beauté
    • Peluquerias hair styles
    • Queen
    • You - Hair & Beauty Magazine
    • Globelife